Mouvement de Prière pour Haïti
Première Séance Plénière
Allocution de Jean Ricot Dormeus, Fondateur du MPH
Samedi 26 décembre 2020
 
Chers partenaires du Mouvement de Prière pour Haïti,
Distingués invités,
 
Quel honneur, mais aussi quel bonheur, de monter dans la « chambre haute » de l’intercession en faveur d’Haïti ! C’est un moment où nous assumons notre responsabilité de chercher l’appui du Tout-Puissant pour la délivrance et la transformation de notre chère patrie.
 
En prière, nous apprenons à aimer davantage et à mieux servir nos compatriotes. En prière, nous refusons de concentrer notre attention sur les chants des sirènes du chaos et du désespoir pour contempler la transfiguration de notre peuple et de notre terre. En prière, nous rejetons la peur que génèrent les défis de la réalité et nous embrassons la foi que tout est possible à Dieu.
 
Plusieurs compagnons et compagnes de prière m’ont dit qu’après s’être engagés dans un exercice régulier de prière pour Haïti, ils ont tout naturellement cessé de critiquer le pays ou des compatriotes, affichant ainsi l’attitude d’un médecin au chevet d’un moribond.
 
Que nous sert-il de nous éterniser sur la gravité de la maladie ou de nous complaindre, ou de baisser les bras en signe de résignation, ou même de fuir, au moment où seules la foi, l’espérance et la charité peuvent briser des chaînes et des pièges qui nous maintiennent captifs depuis trop longtemps déjà ? Quelle est l’utilité de recourir aux mêmes pensées, aux mêmes attitudes ou aux mêmes stratégies qui ont engendré nos circonstances actuelles ?
 
Midi a sonné dans l’horloge de notre conscience collective pour que finalement nous replacions Dieu et ses principes, en particulier sa grâce et son amour, au centre de notre quête pour la paix et la prospérité.
 
Nous avons aussi réalisé que la transformation d’Haïti commence par notre transformation personnelle. En nous engageant à élever Haïti vers le Très-Haut, nous nous engageons automatiquement à améliorer notre vie dans tous ses aspects. Il ne peut y avoir de développement collectif sans développement personnel. Quel que soit notre âge et notre condition sociale, nous devons continuer à nous former, à nous mobiliser en faveur des nôtres et à travailler pour quelque chose de plus grand que nous.
 
Nan moman sa, mwen sonje yon chan mwen te konn chante nan sosyete jenès Legliz Auditorium de la Bible pandan mwen te geyen inifòm mwen sou mwen et mtap mache opa :
 
Il faut des bâtisseurs d’un monde meilleur où l’amour aura droit de cité,
Il faut des bâtisseurs d’un monde meilleur où règnera la fraternité.
Jeunesse en marche, prends ton courage, tu n’es pas seule dans la mêlée,
Si tu veux prêter ton bras ton cœur pour édifier nos lendemains.
 
Nan epòk sa, nan lesprim, moun ki tap bati mond meyè sa se te lezòt. Mwen pat santi yon responsabilite pèsonèl nan travay sa. O fi e a mezi, mwen reyalise ke se pi fò moun nan peyi ya ki panse konsa. Mwen di genyen yon bagay mwen ka fè, geyen yon bagay tout Ayisyen ka fè, nou ka priye ansanm pour Ayiti. Pou ki sa mwen di sa?
 
· Mwen wè jan lafwa nan BonDye chanje vi pam. BonDye pranm nan seksyon riral Gewo ak Tayak andeyò Ti Rivyè Latibonit pou banm siksè non sèlman nan diplomasi Ayiti, men tou nan diplomasi kontinan Amerik yo.
· Mwen wè ki jan an 2005 la priyè te chase bandi ki te tire 4 fwa devan lakay mwen avan yo te al asasinen konsièj Benol nan légliz Fèmat la,
· Mwen wè ki jan BonDye te bay manmanm lavi apre loraj te tonbe nan yon kamyonèt li te la danl. Yon ti demwazèl ki te chita entre 2 janm li te mouri boule alòske li pat geyen anyen.
 
Piske nap itilize la priyè, yon zouti ki geyen anpil pisans, nou genyen konviksyon transfòmasyon Ayiti ya inevitab. Transfòmasyon an ap fèt kan mèm. Jezi di nan Jan 11 :40, « Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? ». Dans Marc 11 :24, li ekri : « Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. »
 
Sur cette base, nous faisons de chaque session de prière pour Haïti un exercice de foi, une session de visualisation de la transformation d’Haïti. Nous entrevoyons la mise en place d’une Journée Nationale de Pardon et de Réconciliation, et l’émergence en Haïti d’une culture de pardon et de réconciliation. Nous savons du reste que tout est possible à celui qui croit.
 
Istwa Mouvman Priyè pou Ayiti remonte a 2002 avèk « Gwoup Emanyel Priyè pou Ayiti ». Géto avèk Kettly Sainristil te pilye nan gwoup sa ki te kanpe apre anviwon 3 an fonksyonman.
 
Pandan mwen tap reprezante OEA nan peyi Guyana, nan lane 2018 yon ansyen zanmi, Jean C. Augustave, de regrettée mémoire, te relem pandan li te Chaje d’Afè pou Ayiti nan peyi Colombie. Nou pat konn pale souvan, men nou te genyen anpil apresyasyon ak admirasyon youn pou lòt. Misye dim : « genyen yon bagay ki monte nan lesprim youn nan sware ki sot pase yo. Mwen pa konn si se yon vizyon ou byen si se yon lide et mwen santim pouse pou baw mesaj sa. Fòk ou ta rekòmanse program priyè pou Ayiti ya ». Kèk mwa apre, mwen pran nouvèl misye mouri.
 
Lide ya flote nan lesprim pandan kèk tan, men mwen pat wè kòman poum te rekòmanse.
 
Yon ti tan apre evenman sa yo, BonDye te banm inisyativ kreye “Asosyasyon Resòtisan Ayisyen nan Guyana (AHNIG) avèk èd kèk potorik tan kou Ambasadè Jhonson Alexandre ak Doktè Jean Alexandre. Doktè Gary Joseph ak Pastè Noelsaint Badette te vin pote kole avèk nou. An fevrye 2020, mwen pale avèk patnè sa yo ki te bat bravo pou lide ya. Nou te fòme gwoup Nehemie jou 4 mas 2020 e li te fè premye reyinyon li jou 11 mas 2020.
 
Apre sa mwen te vinn rekonecke avec Aurore Dalencourt, yon zanmi jenes nan Club des Douze. Aurore anbrase lide ya avèk anpil antousyas ak enèji. Depi lè sa nou kreye 3 lòt gwou: Josué, Naomie, ak Gédéon. E nou pwojte kreye o mwen 25 gwoup pou 2021 an.
 
Mouvman Priyè pou Ayiti, se yon platfòm ki bay chak kwayan opotinite egzèse ministè pali ak misyon pali pou Ayiti. Se BonDye ki mèt mouvman an. Chak manm bay maksimòm: tan yo, konesans yo, talan yo ak resous yo. Nou santi kòm kretyen, nou genyen yon devwa pou nou leve peyi nou bay BonDye. Nou santi nou dwe gaye lanmou Jezikri ya bay tout konpatryòt nou yo.
 
Alors que je me baigne dans l’enthousiasme et l’énergie positive que génère la prière collective pour Haïti, il me vient à l’esprit une expérience que j’ai vécue comme élève à l’École Nationale Louis Lamartinière de la Petite Rivière de l’Artibonite. Le 24 mars de chaque année, nous célébrions la fin du siège de la Crète-à-Pierrot en marchant au rythme des chants patriotiques jusqu’au fort. Nous entonnions avec ferveur l’hymne à la jeunesse :
C’est nous jeunesse étudiante,
C’est nous les grands, les petits,
Demain la gloire d’Haïti,
Les cœurs joyeux, l’âme fervente,
Toujours en avant nous irons,
La tête altière et haut les fronts.
 
Depuis ce moment là jusqu’à présent, je constate que nous n’avons pas encore cherché la gloire d’Haïti dans de la foi, l’espérance et l’amour. L’heure est venue d’utiliser des méthodes inspirées de Dieu pour replacer notre pays sur la rampe de lancement correcte, en faisant de la prière et de l’amour nos armes inséparables. Mobilisons le maximum de compatriotes possible dans la prière pour Haïti. Car la puissante formule biblique est à notre portée : « Maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance et la charité, mais la plus grande de ces trois est la charité.
 
Que Dieu vous bénisse tous ! Que Dieu bénisse Haïti !

Share This Post

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Subscribe To Our Speeches and blog

keep up to date

Do You Want To Inspire your team?

drop us a line and keep in touch